Les établissements français pourraient enregistrer une baisse de leur rentabilité à cause des taux bas.

Stimulés par leurs mouvements sur le marché, les établissements français pourraient enregistrer une baisse de leur rentabilité à cause de la baisse des taux .

Une publication des résultats semestriels en forte progression

Ce jeudi, le Crédit Agricole clôturait les publications semi-annuelles des banques françaises avec un résultat net en forte progression, soit 58,5 %. Des chiffres qui confirment la bonne santé du secteur. A la fin du mois de juin, les chiffres des fonds propres s’échelonnaient entre 11,7 % pour la Société Générale et 15,7 % pour le Crédit Mutuel. Un niveau à peine supérieur à la moyenne européenne relève l’agence Moody’s. Pour autant, de nombreux challenges attendent les établissements français en raison des taux bas.

La banque de détail en difficulté

La relance des demandes de crédits a essentiellement amorti la baisse des revenus des banques, lestés par les taux d’intérêt. D’après l’estimation des patrons des banques françaises, la pression sur les revenus ne devrait pas s’adoucir avant les deux prochaines années. Ce phénomène s’explique par le niveau des taux d’intérêt qui réduise les marges. Puis, même si les taux d’intérêt remontaient graduellement, les volumes de prêts immobiliers renégociés seraient réduits par la rentabilité des portefeuilles de crédits. D’autant que le pouvoir d’achat dégagé de la baisse des taux de crédit a été épargné. Ces éléments ne font que confirmer les prévisions de l’agence Moody’s sur la baisse de rentabilité des banques françaises.

Les assurances pour conforter le secteur

La performance des banques de financement et d’investissement du Crédit Agricole, de la BNP Paribas et celle de Natixis a brillé contrairement à celle de la Société Générale. Une différence notable qui témoigne de la dépendance de ce secteur aux conditions volatiles du marché. La publication des bons résultats du Crédit Agricole n’a pas pour autant enflammé le marché. Sans compter que la domination de l’euro sur le dollar qui pourrait frapper le secteur.
Fort heureusement, la croissance des assurances revigore le secteur, ce qui donne de l’air à la meilleure banque en ligne boursorama et la banque en ligne monabanq.